FEMIWEB
Exemple : perdre du poids | soins du visage | tendance coiffure

Hypertension artérielle

S'il est un rite auquel est lié la surveillance de la grossesse , c'est bien la prise répétée de la tension.
Pendant l'accouchement ça continue.
L'enfant est là et on remet le brassard.
Deux heures après, avant de regagner son lit, encore une vérification.
Les jours suivants, essayez de vous plaindre de quoi que ce soit, et, à nouveau, c'est la poire qui pompe et comprime l'air autour de votre bras.
J'ai écrit rite, mais vous pensez "marotte", d'autant que chacun a la sienne : l'une vous étend et vous fait attendre jusqu'au moment où elle vous trouve "déstressée", un autre exige le bras gauche, un troisième vous "la" prend en fin d'examen gynécologique, et comme il répond en même temps à vos questions, on peut se demander s'il est sérieux.
Rassurez vous, ils ont chacun leur habitude, l'essentiel est qu'ils fassent toujours de la même manière pour assurer un bon dépistage en dehors de tout facteur de risque particulier.
"Ils" ne sont pas obsédés non plus, malgré la répétition apparemment maniaque du geste.
L'hypertension artérielle est définie par des chiffres supérieurs à 140 mm de mercure pour la pression maxima correspondant au jet de sang qui sort du cur à chaque battement ou/et à 100 mm de mercure correspondant à la période de repos qui précède la systole.
Il peut arriver que la prise de tension soit réclamée avec une fréquence encore plus grande. La mesure peut être manuelle, mais une tendance se dessine : la prise répétée, programmée, est confiée à un appareil porté comme le revolver des policiers, et pour cette raison appelé "holter". Pendant toute la journée, pendant la nuit les valeurs objectives s'affichent sur un document relevé pour être étudié, surtout en ce qui concerne les variations diurnes et nocturnes. Des décisions capitales peuvent se justifier que des évaluations plus disparates n'auraient pas permises.
Dans les "situations de crise", l'enregistrement peut même être permanent, traçant des courbes de surveillance, observant les effets immédiats des traitements, médicaux, obstétricaux, chirurgicaux.
L'hypertension, comme aussi l'hypotension artérielleest une crainte justifiée par la fréquence et la gravité possible d'une découverte, parfois bien inattendue.
Près d'une mère sur dix pose problème. La solution est trouvée, le plus souvent, permettant finalement d'annoncer : "la mère et l'enfant se portent bien ".
Il n'en reste pas moins que les risques pour l'enfant correspondent à près de 15de la mortalité périnatale.
La mort maternelle est certes devenue exceptionnelle, n'atteignant qu'un cas sur dix mille dans notre pays, mais les accidents circulatoires cérébraux, les hémorragies par troubles généralisés du système de coagulation liés à l'hypertension artérielle en représentent une bonne part.
En fait on peut regrouper l'ensemble des cas, tous évidemment différents, en quatre types de tableaux cliniques qui sont les suivants :
- Certainement le plus spectaculaire, heureusement devenu le plus rare, frappant la jeune femme à sa première grossesse, l'éclampsie avec ses crises convulsives généralisées, répétées, aboutissant autrefois à la mort maternelle souvent, à la mort ftale toujours.
- "Coup de tonnerre dans un ciel serein", le décollement placentaire qui surprend la mère aux multiples expériences heureuses jusque là, à un moment où elle ne s'y attend pas. La mort ftale est hélas fréquente. Si l'urgence n'est pas respectée, avec ses échéances échelonnées dans un délai bref, la vie maternelle peut être en jeu.
- Curieuses, mais inquiétantes, ces femmes, qui entre les grossesses ont des chiffres "tensionnels "normalement rassurants, et qui, inopinément, à chaque grossesse , à un certain moment de celle-ci vont grimper à des valeurs lourdes de risques pour leur enfant à naître. Les hypertension récidivantes, par leur étude approfondies permettront peut être de mieux comprendre des phénomènes complexes et mystérieux.
- L'hypertension artérielle permanente d'une jeune femme peut être connue avant que l'enfant ne soit imaginé. Faut il laisser prendre le risque de la conception ? Comment faut-il surveiller cette grossesse à risques, sans verser dans une inhumanité où poussent les explorations techniques multipliées, pénibles, voire invasives ?
Le 19/05/2003

Vos Commentaires

En savoir plus

Suivez nous sur