FEMIWEB
Exemple : perdre du poids | soins du visage | tendance coiffure
Accueil / Sante / Quickhelp / Les 10 examens médicaux dans la vie d'une femme : le parcours de santé dont on se serait bien passé...

Les 10 examens médicaux dans la vie d'une femme : le parcours de santé dont on se serait bien passé...

Lorsqu’on est une femme, et qu’on souhaite vieillir en bonne santé, il faut savoir prendre soin de son corps. Plus on prend de l’âge, plus les examens médicaux se multiplient : mieux vaut être trop prévoyante que pas assez.

Retrouvez dans cet article les visites médicales que l’on aimerait bien remplacer par une séance shopping. A vos agendas !





Because when I shop, the world gets better
 

Visites médicales pour les femmes dès 20 ans : ce n’est que le début ! 

LE FROTTIS VAGINAL

C’est un examen gynécologique pour dépister le cancer du col de l’utérus. Comment ça se passe ? Votre gynécologue introduit dans votre vagin un long-coton tige stérilisé, hygiène oblige, afin de récupérer des sécrétions pour analyse. Pas très agréable, on vous l’accorde, mais indispensable !

Dans 5% des cas, le cancer du col de l’utérus est héréditaire, c’est pourquoi il est primordial de vous renseigner sur les antécédents familiaux afin de limiter les risques de cancer.

Cet examen est à réaliser une première fois à partir de votre 21ème année puis tous les ans ; et ce, même si vous n’avez jamais eu de rapports sexuels. Et oui, aux dernières nouvelles, le cancer n’est pas une maladie sexuellement transmissible, alors tout le monde peut présenter des facteurs de risque.
 

LES ANALYSES DE SANG

Petite pensée à celles qui ont la phobie des aiguilles ! Prenez votre courage à 2 mains car il est temps de contrôler votre taux de cholestérol, graisse présente dans le sang, et de triglycéride, matière graisseuse absorbée dans l’organisme.

Un taux de cholestérol ou de triglycéride trop élevé favorise le développement de maladies cardio-vasculaires : arrêt ou insuffisance cardiaque, infarctus, syncope, hypertension artérielle…
L’hypercholestérolémie, excédent de « mauvais » cholestérol dans le sang (LDL), se caractérise par un taux de cholestérol supérieur à 1.6g/L et l’excès de triglycéride par un taux supérieur à 1.5g/L.
 
L’hypercholestérolémie, c’est aussi une affaire de famille puisqu’elle présente un caractère héréditaire. Si vos parents ou grands-parents sont touchés par cette anomalie sanguine, réalisez un bilan sanguin tous les ans. Si vos résultats sont normaux, les analyses de sang sont à faire tous les 5 ans.
 
Contrairement aux idées reçues, l’hypercholestérolémie ne concerne pas uniquement les personnes en surpoids. D’origine génétique ou encore médicamenteuse (pilule contraceptive, par exemple),  l’hypercholestérolémie est un trouble métabolique commun.

L’EXAMEN OPHTALMIQUE

Même si vous êtes dotée d’une vision d’aigle, une exposition quotidienne aux écrans (smartphones, ordinateurs…) peut abîmer vos jolis petits yeux. Alors rendez-vous chez un ophtalmologue pour déceler d’éventuels troubles de la vision (myopie, presbytie, astigmatisme) ou autres pathologies (sécheresse oculaire, glaucome, kératite).

A titre de prévention ou pour surveiller la progression de votre vue, il est recommandé de se rendre chez l’ophtalmologue au moins 1 fois par an. Bien sûr, si vous ressentez des gènes oculaires (picotement, œil rouge, sensation de brûlure), allez consulter sans attendre.

Vous avez 10/10 à chaque œil ? Parfait, vous avez encore quelques années devant vous avant d'opter pour des verres correcteurs. Cependant, si vous passez vos journées derrière un PC, nous vous conseillons le port de lunettes anti-lumière bleue (sans correction), dites de confort, afin de reposer vos yeux.
 
Si votre trouble visuel est avéré, choisissez votre paire de lunettes de vue chez un opticien agréé pour pouvoir bénéficier de tarifs préférentiels et recevoir un remboursement de votre mutuelle.
 
 

Une fille portant des lunettes animé

L’EXAMEN BUCCAL ET PARODONTAL

Pour croquer la vie à pleines dents, mieux vaut avoir une dentition irréprochable ! Pour certaines, une consultation chez le dentiste est synonyme de scénario tout droit sorti d’un film d’horreur. N’ayez crainte votre dentiste ne vous veut aucun mal, seulement votre bien-être et des dents éclatantes de santé !

Il procède généralement aux examens suivants : examen des gencives pour contrôler les risques d’inflammation, surveillance de la croissance des dents de sagesse par radiographie, élimination des caries et l’incontournable détartrage !

En attendant votre rendez-vous annuel, brossez-vousles dents au moins 3 fois par jour ! N’oubliez pas de demander conseil à votre dentiste pour choisir la brosse à dent qui vous convient : électrique, classique, souple, médium, avec protection gencive…  
 

L’EXAMEN CUTANÉ

C’est un examen précoce en vue de dépister un cancer de la peau. Non, le dermatologue ne va pas s’amuser à compter les éphélides (a.k.a taches de rousseurs) que vous avez sur le visage, il va plutôt inspecter vos grains de beauté.

Cette petite tache couleur chocolat, se forme naturellement sur votre peau. A l’âge adulte, un corps en possède en moyenne une vingtaine. Jusque là, rien d’anormal mais lorsqu’un grain de beauté se développe trop rapidement, de manière asymétrique, de plus de 6mm de diamètre, parfois d’une autre couleur (rouge, rosé), cela doit vous mettre en alerte. Il est potentiellement cancérigène.

Pas d’inquiétude, le dermatologue dispose de différentes méthodes pour parvenir à l’ablation de grains de beauté à risque. La plus répandue est celle nécessitant l’usage d’un bistouri, à savoir une lame destinée à l’incision de la peau. Cette rapide intervention est réalisée sous anesthésie locale, vous ne ressentez pas la douleur. Une fois cette petite excroissance retirée, elle est envoyée en analyse afin de réaliser un diagnostic.
Selon la quantité et l’amplitude de vos grains de beauté, le dermatologue convient avec vous du nombre de visites à réaliser dans l’année afin de veiller à la bonne santé de votre peau.



Après 40 ans, le marathon des examens médicaux se poursuit

LES ANALYSES DE SANG

Et rebelote, des analyses sanguines pour évaluer votre taux de cholestérol avec en prime un dépistage du diabète. Le diabète se formalise par un excès de glucose, à savoir du sucre, dans le sang. Et oui, c’est fou tout ce qu’on peut y trouver ! Le glucose, c’est un peu votre carburant, il va alimenter les cellules musculaires pour vous donner de l’énergie mais à trop forte dose, il entraîne des problèmes cardiaques.

En fonction des résultats de votre tout premier dépistage du diabète (à jeun), vous en déduisez une fréquence pour les prochains :
 
  • Si le taux de glycémie estinférieur à 1,10 g/l dans le sang, vous n’avez pas de diabète. Le dépistage est à renouveler tous les 3 ans.

  • Si le taux de glycémie est compris entre 1,11 g/l et 1,25 g/l dans le sang, vous êtes exposée à des risques de prédiabète. Un autre test doit être réalisé l’année suivante.

  • Si le taux de glycémie est supérieur à 1,26 g/l dans le sang, vous êtes diagnostiquée diabétique. Un second test est réalisé rapidement afin de confirmer le diagnostic.
La prise d’insuline est préconisée pour les diabétiques de type 1. Toutefois, en surveillant votre alimentation (« ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé ») et en pratiquant régulièrement un sport, vous pouvez vous préserver du diabète
 

LA MAMMOGRAPHIE

Poitrine compressée puis passée aux rayons X : la mammographie, c’est l’horreur ! La radiographie des seins est pourtant la référence en matière de dépistage du cancer du sein. Rassurez-vous l’examen ne dure que 15min et se réalise tous les 2 ans.

En toute transparence et pour vous préparer au mieux avant le moment fatidique, la Rédac’ vous explique le déroulement de la mammographie. La radiologue positionne un premier sein dans le mammographe, l’appareil va « délicatement » le compresser. Une fois la position stabilisée, la prise du cliché est lancée. On recommence l’opération avec l’autre sein.

Comme pour le cancer du col de l’utérus, le cancer du sein est une maladie héréditaire. Renseignez-vous auprès de vos proches pour connaître vos antécédents familiaux et vous prendre en charge rapidement.



Dernière ligne droite dès que vous franchissez le cap des 50 ans 

LE TEST AUDITIF

« Hein ? Qu’est-ce qui dit ? » Oui, vous avez bien entendu, ou du moins lu ! A partir de 50 ans, pensez à réaliser un audiogramme tous les ans afin de tester votre audition, car c’est à cet âge que votre ouïe commence à se détériorer.

Même si dans certains cas, (comme celui-là), être sujette à une perte d'audition peut s'avérer utile, la plupart du temps vous allez plutôt chercher à l'éviter.
 

L’EXAMEN DE LA THYROÏDE

Parce qu’il ne présente pas de symptôme apparent (asymptomatique), le cancer de la thyroïde est difficile à diagnostiquer. C’est pourquoi, depuis 1978, son dépistage est réalisé systématiquement à la naissance. Il s’agit du dépistage néonatal.

Les femmes en situation à risque doivent réaliser un dépistage précoce pour une prise en charge rapide. Plus le cancer est prématurément repéré, plus il est facile d’en guérir. Les situations à risque sont les suivantes :

  • Anomalie génétique (dysfonctionnement de la thyroïde)
  • Apparition d’un goitre thyroïdien, une augmentation anormale et visible du volume de la glande thyroïde
  • Carence ou excès en iode (par l’alimentation et les traitements médicamenteux)
  • Présence d’anticorps qui s’attaquent à la thyroïde (anticorps antithyroïdiens)
  • Surexposition aux rayons X

Concernant l’examen de votre thyroïde, le médecin commence par identifier les symptômes d’une hyperthyroïdie en palpant votre cou et votre gorge : boule, bosse, ganglions enflés. Ensuite, il procède à une laryngoscopie. Cette intervention consiste à examiner le fond de votre gorge, plus particulièrement votre larynx, à l’aide d’un endoscope. 

Si une anomalie est  détectée, des examens complémentaires sont à prévoir :

  • Une prise de sang pour quantifier votre taux de thyréostimuline (TSH). Plus le taux est élevé, plus la thyroïde est défectueuse
  • Une échographie pour mesurer la taille des nodules thyroïdiens (masse anormale qui se forme dans la glande thyroïde)
  • Une scintigraphie pour détecter les nodules. Une dose d’iode radioactif est ingérée dans la glande thyroïde du patient, les rayonnements de l’iode révèlent la présence de nodules cancéreux
 
Afin de traiter le cancer de la thyroïde, le chirurgien opère à une ablation ou une élimination partielle de la thyroïde, selon la localisation et la taille de la tumeur. Un traitement médicamenteux, sous forme de cure d’iodes, vient compléter cette chirurgie afin de détruire les dernières cellules cancéreuses. 

L’EXAMEN RECTAL

Le cancer du côlon se traduit par un développement anormal de la paroi interne du côlon, au niveau de la muqueuse. Plus précisément, il s’agit d’une formation de tumeurs bénignes appelées polypes. L’apparition de ces tumeurs peut aussi être de l’ordre de la génétique.

Pour le détecter, de loin l’examen le plus désagréable qui soit, nous avons nommé la coloscopie. Le médecin introduit une sonde munie d’une caméra dans votre anus afin de rechercher des polypes, ou des hémorroïdes présents dans votre côlon.

Un examen moins intrusif pour dépister le cancer colorectal consiste à analyser vos selles (et on a dit moins intrusif…)  en recherchant la présence anormale de sang.

Le dépistage du cancer du côlon (coloscopie et analyse des selles) est à renouveler tous les 5 ans si vous n’avez pas d’antécédents et que vos résultats n’ont rien révélé d’anormal. Dans le cas contraire, les examens sont à refaire tous les 1 à 3 ans.

 

Gif d’une petite fille allant chercher des bonbons pour Halloween mais qui fait demi-tour rapidement parce que quelque chose
Quand le médecin t’annonce que tu dois faire une coloscopie

 
 
 
Il s’agit d’une liste non-exhaustive, alors si vous avez des antécédents familiaux, n’attendez pas les âges requis pour passer ces examens médicaux. Collaborez avec votre médecin traitant car comme on dit, mieux vaut prévenir que guérir !
 
Le 22/11/2016

Vos Commentaires

En savoir plus

Suivez nous sur