FEMIWEB
Exemple : perdre du poids | soins du visage | tendance coiffure
Accueil / Sante / Grossesse / Accouchement / Accouchement : la poussée

Accouchement : la poussée

Les efforts expulsifs lors de l'accouchement sont le point de discussion de beaucoup de futures mamans. Il n'est pas rare d'entendre : "Comment est-ce que je saurai à quel moment pousser?" "Est-ce que je vais être capable de pousser ?" "Et si je n'y parviens pas ? " "Arriverai-je à pousser si je suis fatiguée ?"
Autant d'interrogations légitimes auxquelles Femiweb va tenter d'apporter des réponses précises pour vous permettre d'aborder l'accouchement avec sérénité.



 

Petit rappel sur la poussée

Le moment le plus important lors d'un accouchement, celui qui engendre les émotions les plus intenses, celui où les parents vont enfin découvrir le visage de leur enfant, c’est l’expulsion.

Un bref rappel de ce moment est important pour envisager le cœur du sujet.

La dilatation du col étant complète, la tête du bébé s'engage au niveau du détroit supérieur du bassin maternel puis va continuer sa progression grâce aux contractions utérines et aux efforts expulsifs de la future maman. Il va franchir les détroits moyens et inférieurs pour parvenir au niveau des muscles du périnée et de la vulve qui se distendent progressivement.

Puis, la tête apparaît sous la symphyse pubienne, l'os que vous sentez derrière les poils pubiens. Le front puis le visage et le menton seront alors visibles. Des manœuvres seront réalisées par l'obstétricien au moment du dégagement pour permettre le passage et prévenir une déchirure du périnée.

Une petite incision latérale du périnée appelée épisiotomie est nécessaire pour empêcher une trop grande distension musculaire et/ou une déchirure du périnée pouvant quelquefois atteindre l'anus.

Une fois la tête sortie, ce seront l'épaule antérieure puis la postérieure et enfin le siège qui seront dégagés.

Les moyens

Les muscles qui interviennent lors de la poussée sont, prioritairement le diaphragme, puis les muscles abdominaux.

En effet, le diaphragme sépare la cavité thoracique de l'abdomen et devient creux lors de l'inspiration profonde, aidant la contraction utérine à pousser l'enfant vers la sortie.

Lorsque la tête sollicite les muscles périnéo-vulvaires, la femme enceinte ressent une envie de poussée spontanée.

La technique

Au moment opportun, l'obstétricien et la sage-femme vont guider les efforts expulsifs maternels.

A l'occasion d'une contraction utérine, la future mère va inspirer profondément puis bloquer sa respiration et exercer une poussée dirigée vers le bas. Plus la poussée sera forte et maintenue, plus la tête progressera.
Lorsque la femme ne peut plus maintenir son apnée, elle va aussitôt inspirer et reprendre ses efforts expulsifs, toujours au cours de la même contraction.

Lorsque la contraction est passée, la future mère profite de ces quelques minutes pour se reposer. Puis, à l'approche d'une nouvelle contraction, elle se prépare à fournir à nouveau les efforts nécessaires de poussée.
Cette période est fatigante pour la mère ainsi que pour le fœtus, sur lequel des pressions s'exercent. Elle dure entre 10 minutes et une demi-heure. Sa durée dépend de différents facteurs :

  • Si la femme a déjà accouché ou pas
  • L'orientation de la tête dans le bassin
  • La taille du fœtus et du bassin
  • L'efficacité de la poussée 


C'est pourquoi il est important de pratiquer une préparation à la naissance, même pour les mamans accouchant sous péridurale. En effet, sous analgésie péridurale la douleur a disparu mais les sensations d'envie de pousser sont parfois diminuées.

Mais soyez rassurées, l'équipe obstétricale présente le jour de l'accouchement est là pour vous donner le coup de main nécessaire, vous encourager et pallier aux déficiences éventuelles.

Un point particulier que l'on n'aborde pas assez souvent : les selles émises lors de la poussée.
Il est naturel d'émettre des selles lors du passage de l'enfant par la filière génitale, c'est le cas pour environ une femme sur deux. En effet, la tête écrase le rectum sur son passage.

Rassurez-vous, le personnel soignant a l'habitude et nettoie rapidement.  Personne n'aurait l'idée de vous en vouloir. Alors ne vous gâchez pas l'accouchement à essayer de retenir les selles, car cela peut être dangereux pour l'enfant si la poussée est altérée.
 
Vous voilà maintenant parée sur la poussée ! Vous avez une question supplémentaire ou vous voulez ajoutez quelque chose ? Partagez votre expérience dans les commentaires !

Le 01/11/2004

Vos Commentaires

En savoir plus

Suivez nous sur