FEMIWEB
Exemple : perdre du poids | soins du visage | tendance coiffure
Accueil / Sante / Dossiers / Prévention / Ne mourrez pas de votre sexualité

Ne mourrez pas de votre sexualité

A éviter

-Evitez d'avoir trop de partenaires différents.
Chaque fois que vous avez des rapports sexuels avec un partenaire nouveau, si vous ne vous protégez pas assez, vous êtes en situation d'assumer la plupart des bêtises qu'il aura pu commettre précédemment. Les condylomes crêtes de coq, l'hépatite B, le virus du sida et autres joyeusetés qu'il aura gardé bien au chaud pour vous, vous pourrez en bénéficier.
Les maladies sexuellement transmissibles ne sélectionnent pas leurs victimes. Elles prennent tout ce qui se présente. Le fait qu'il ou elle soit infirmier, banquière, médecin, étudiante, femme de ménage ne change rien. Ne vous fiez pas non plus à sa bonne mine. Le maquillage fait des merveilles et avant que ça n'attaque la mine, il s'en passe du temps au cours duquel vous pouvez le ou la rencontrer.
Vous craquez pour un homme mignon, sympa, pour un soir, comme ça. Dîtes vous bien que si vous le trouvez irrésistible, il y a de fortes chances que les autres filles, aussi, aient pu ressentir les mêmes choses, donc qu'il a sans doute rencontré un grand nombre d'écosystèmes différents. Entendez par là que lui aussi est allé puiser dans un certain nombre de "systèmes", pour parler biologique, et qu'il a du en conserver quelques traces.
-Evitez, bien entendu, les parties à plusieurs où on ne contrôle pas toujours tout ce qui se passe alentour, notamment si les partenaires ont bien revêtu les protections qu'on leur a demandé de mettre.
-Evitez les substances, alcool, drogues, qui font perdre la notion de risque et atténuent la vigilance et l'expression de sa propre volonté.

Pourquoi ?

Le germes sont présents dans le fluides ou sur les muqueuses.
Chez l'homme, le sperme, les gouttelettes qui perlent avant le sperme au bout du gland, les sécrétions qui sèchent entre le gland et le prépuce, ce sont des fluides.
Certains germes ont une attirance, un tropisme en terme médical, particulier pour les muqueuses génitales. Ils y trouvent des récepteurs. Ils sont aimantés par ces muqueuses. Le contact peut suffire.
Quand vous avez une aventure avec un homme, ou une femme, il vous faut préserver votre corps et en particulier, mais pas seulement, vos muqueuses génitales.
Ca ne suffit pas, bien sûr, mais demandez lui aussi de se laver le sexe avant de passer à l'acte.

Comment ?

Que ce soit pour l'intromission dans le vagin, dans la bouche ou dans l'anus, il faut que votre partenaire masculin porte un préservatif. Comme c'est dans l'optique de se protéger contre ses sécrétions, il faut qu'il se couvre dès les premiers contacts et pas seulement quand il s'apprête à vous pénétrer.
Puisqu'un préservatif peut se fendre lors du rapport, il est prudent, préalablement, de mettre une crème ou un ovule spermicide dans le vagin. Son action antiseptique, quoique moyenne, sera bien utile si le latex ne résistait pas à l'étirement ou à l'échauffement.
Quand on est libre, qu'on n'a pas fait voeu de chasteté, et qu'on est normalement constituée, on est susceptible d'avoir l'occasion inopinée d'un rapport sexuel.
Il faut donc toujours avoir, sur soi, dans son sac, dans la boîte à gants de la voiture, dans une des sacoches latérales du vélo, un moyen de se faire plaisir sans se ronger les ongles trois semaines durant, à attendre de faire le test parce qu'il a dit, en partant, "Bienvenue au club ".
Le plus simple, c'est d'avoir des préservatifs masculins, la traditionnelle capote. Plus sophistiqué est le préservatif féminin. C'est un vrai serpent de mer, mais il existe, je l'ai enfin rencontré. C'est faisable, et c'est très nettement mieux que rien. Pour celles qui rencontrent le genre de type qui aime pas se couvrir, qui lui vous fait confiance et patati et patata, pas de place au hasard, mettez le préservatif féminin. Vous serez protégée.
S'il est dégoûté, au moins il aura compris que vous tentez à la vie, et ça peut le convaincre la prochaine fois d'en mettre à son tour.
Donc, se protéger.

Et si on ne s'est pas protégée ?

Rien ne sert de courir vers le bidet pour se laver les organes, ça n'a aucun effet préventif et cela risque, au contraire, de déséquilibrer la flore et de faire se développer un champignon. De plus, si on a eu la bonne idée de mettre un spermicide, la douche vaginale éliminera le produit.
Si on pense avoir vraiment fait une grosse bêtise ou si le partenaire vous annonce, après coup, qu'il a une hépatite B ou qu'il est porteur du virus du sida, il y a des moyens, aujourd'hui, de diminuer le risque de transmission.
Pour ce qui est de l'hépatite B, on peut vous protéger en vous injectant des anticorps spécifiques et en débutant une vaccination.
Pour ce qui est du HIV, certains centres proposent une thérapie préventive, se renseigner auprès du service des maladies infectieuses du centre hospitalier.
Pour ce qui est des autres maladies sexuellement transmissibles, consulter un médecin qui fera faire les prélèvements nécessaires.
Pour ce qui est du risque de grossesse non désirée, n'oubliez pas que vous avez à disposition, dans les pharmacies, ou auprès de l'infirmière de l'établissement que vous fréquentez, la pilule du lendemain, utilisable jusqu'à trois jours après le rapport.
Le 16/07/2004

Vos Commentaires

En savoir plus

Articles similaires

Suivez nous sur