FEMIWEB
Exemple : perdre du poids | soins du visage | tendance coiffure
Accueil / Sante / Grossesse / Suivi grossesse / 1) Première consultation grossesse- Enceinte ?

1) Première consultation grossesse- Enceinte ?

Il se peut que vous ayez alors fait un test de pharmacie ou qu'un médecin vous ait déjà prescrit un test sanguin, auquel cas vous savez déjà que vous êtes enceinte.

Plus rarement, vous avez fait une courbe thermique et vous avez remarqué que la température, après une élévation modérée en milieu de cycle, s'est maintenue en plateau plus de 18 jours. Puisque vous en êtes là, vous savez que c'est souvent un signe de grossesse débutante.

Dans les autres cas, vous consultez pour savoir la cause de l'absence de survenue des règles, c'est le symptôme le plus fréquent.

Examen

Le médecin va poser un spéculum pour observer les sécrétions vaginales et le col de l'utérus. En général, les sécrétions sont plus abondantes, sans brûlures ni démangeaisons. Le col à l'entrée de l'utérus est d'un rose plus soutenu, il tire vers le rouge framboise. C'est dû à l'afflux de sang causé par la présence de la grossesse.

La glaire qui se trouve à l'entrée du col se raréfie et s'épaissit. Il est préférable que vous ayez vidé votre vessie quand le médecin procède au toucher. Pour que la grossesse ait augmenté le volume de l'utérus, il faut tout de même qu'elle évolue depuis au moins quatre semaines. Un signe apparaît plus précocement mais il est plus difficile à percevoir, c'est le ramollissement du col et de l'utérus dans son ensemble.

Il est possible que votre médecin dispose d'un échographe qui lui permet de visualiser le sac gestationnel à partir de 20 jours de grossesse et 4 à 5 jours de retard de règles. C'est l'occasion de s'assurer de la position correcte, dans la cavité utérine. Il vous prend la tension artérielle et vous demande de monter sur la balance.

Les questions du médecin

Avez-vous des nausées ?

Il est fréquent d'avoir des nausées déclenchées parfois par des odeurs familières comme le café ou la viande. Il également courant de ne pas en avoir. Ne soyez pas inquiète, ça n'est pas un signe péjoratif. Réjouissez-vous plutôt.

Vous arrive-t- il de vomir ?

Les vomissements peuvent être invalidants, voire même dangereux. Ils sont à l'origine d'amaigrissement, de faiblesse extrême et de désordre sanguins nécessitant une hospitalisation.

Êtes-vous constipée ?

Le symptôme est fréquent, sans gravité.

Ressentez vous l'envie d'aller uriner souvent ?

La première des envies est souvent celle d'uriner. A la fois parce que l'utérus comprime la vessie et ne la laisse pas se développer comme auparavant mais aussi sans doute par un effet hormonal direct sur les parois de la vessie.

Avez-vous des petites douleurs pelviennes type veille de règles ?

C'est normal et ne doit pas prêter à inquiétude.

Votre passé obstétrical. Racontez-moi.


Les grossesses précédentes ?
  • Avez-vous mené à leur terme ces grossesses ?
  • Avez-vous déjà eu des fausses couches spontanées ?
Vous devez en informer votre médecin. Il se peut que vous souffriez d'une maladie qui fait que vous ne gardez pas bien les grossesses. Il y a des traitements efficaces mais là encore, il faut le savoir pour diriger ses investigations et son traitement.

Avez-vous eu des interruptions volontaires de grossesses ? A quel terme ?

Il doit en être informé, surtout si vous avez eu des IVG tardives faites en dehors des limites légales dans d'autres pays. Elles comportent un petit peu plus de risques. Il faut juste le savoir pour surveiller les menaces d'accouchement prématuré.

Avez-vous eu du diabète lors de précédentes grossesses ?

Si oui, il est probable que cela se renouvelle. Il faut donc vous confier rapidement à un endocrinologue et a une diététicienne pour vous conseiller un régime qui, le plus souvent, suffira à le contrôler.

Avez-vous eu une hypertension artérielle ?

C'est souvent à la première grossesse qu'on a souffert de chiffres tensionnels élevés. Ces problèmes étaient "réputés "ne pas récidiver. Dans les faits et dans les études récentes, on les voit, un peu plus souvent qu'on ne nous l'a dit. Prudence donc et contrôle régulier des chiffres.

Comment s'est déroulé l'accouchement si vous avez mis au monde ?

Si le poids du bébé se situait aux alentours et au dessus de 4000 grammes, il se peut que cela se renouvelle. Le médecin peut prendre quelques précautions pour le prochain.

Avez-vous eu une césarienne ? Pour quelle raison ?

Selon le cas, il est parfois dangereux de tenter une voie basse après une précédente césarienne. Il faut savoir pourquoi on a décidé la première.

Des maladies en cours ou dans le passé ?


Etes-vous sous traitement et lequel ?

Certains traitements, très rares, sont vraiment pourvoyeurs de malformations. Ils sont connus, identifiés. Pour d'autres, dont on n’est pas totalement sûrs, ils peuvent parfois être remplacés par des substances plus étudiées.

Suit une petite enquête sur les maladies que l'on rencontre dans les familles des parents et sur les malformations ou anomalies éventuelles dont ont pu souffrir les bébés dans ces familles. Les réponses à ces questions sont importantes. Il se peut que votre médecin vous demande d'y répondre dans un questionnaire à part, pour vous permettre d'y réfléchir en famille et ainsi de ne pas commettre d'oubli.

Cette petite enquête effectuée à la première consultation permet d'identifier les grossesses à risque et d'adapter la surveillance à chacune d'entre elles. C'est aussi l'occasion de décider l'appel à des spécialistes à qui l'on demandera soit de donner leur avis sur un point précis (conseil génétique pour qui aurait des proches souffrant d'anomalies), soit de surveiller, en parallèle, le cours de la grossesse (endocrinologue pour un diabète maternel).

Dans quelles conditions vivez-vous ?

Seule, en couple ? En appartement ? En étage ? Avec un ascenseur ? Disposez-vous de ressources suffisantes ? Êtes-vous dans le besoin ?

Il ne faut pas hésiter à faire appel à une assistante sociale qui peut aider à trouver un logement plus décent. Il ne faut pas hésiter non plus à dire à son médecin qu'on n'a pas les moyens de payer les dépassements d'honoraires. Il comprendra et ne les appliquera pas. Vous pourrez ainsi continuer à le consulter parce c'est en lui que vous avez confiance.

Êtes-vous en proie à des habitudes de toxicomanie ? Tabac ? Alcool ? Drogues ?

Le tabac est pourvoyeur de plus petits poids de naissance. Il favorise aussi quelques petites pathologies diverses.

L'alcool n'est pas dangereux... à petites doses, sinon, on développe des carences. A grosses doses, même occasionnellement, son absorption favorise l'apparition de malformations.

Les drogues, vaste problème, dont vous ne détenez pas toujours la solution. Il faut en informer votre médecin. Il fera un bilan parce que parfois, vous pouvez vous injecter des microbes un peu méchants. Quand on est dans ces états-là, on n'a pas toute sa tête pour réfléchir, on le sait bien. On va aussi pouvoir vous aider à faire un break ou à passer à d'autres formes, moins dangereuses pour le bébé.

Les prescriptions

Les médicaments

Pour ce qui est des petits désordres dont vous souffrez en début de grossesse, les médecins ont à leur disposition des médicaments qui vous soulageront quand les symptômes seront trop pénibles. Dans l'ensemble, il faut parfois savoir supporter ce qu'il est possible de supporter sans trop faire appel aux médications sinon, vous n'avalerez plus que des comprimés.

Les examens

Quand c'est nécessaire, le médecin vous prescrit des examens pour confirmer la grossesse : une prise de sang qui dosera la bhcg, cette hormone qui signe la présence de la grossesse ou une échographie s'il pense qu'il y a un risque que l'implantation se situe en dehors de l'utérus.

Il vous prescrit, quand il est sûr de son diagnostic, les examens du début de grossesse :

Sérodiagnostic B.W.

Il s'agit de la recherche de la syphilis, une maladie qui a quasiment disparue sous nos climats mais c'est obligatoire.

Sérodiagnostic HIV

Rechercher la présence du virus qui donne le sida, c'est facultatif mais utile pour la surveillance et pour éviter que le bébé ne soit infecté lors de l'accouchement.

Sérodiagnostic rubéole

Contrôler votre immunité vis à vis de cette maladie qui est bénigne pour la mère mais dangereuse pour le fœtus jusqu'à quatre mois et demi. S'il s'avère que vous avez déjà eu la maladie ou que vous avez été vaccinée, il n'y a plus de risque que vous puissiez transmettre le virus à votre bébé.

Sérodiagnostic toxoplasmose

C'est pareil mais là le risque persiste pendant toute la grossesse si vous n'êtes pas immunisée et vous devrez faire des examens de contrôle tous les mois afin de vous traiter dès l'apparition éventuelle de signes sanguins de l'infection. Le traitement suffit à épargner le fœtus mais il doit être entrepris très tôt.

Sérodiagnostic C.M.V.

Il nous faut savoir si vous avez déjà été en contact avec le cytomégalovirus. Votre médecin va vous demander votre groupe sanguin. Si vous ne l'avez jamais fait rechercher, il vous le prescrira. Si vous le connaissez déjà, la prescription de confirmation viendra au huitième mois.

Le plus souvent, vous n'aurez pas la déclaration à cette consultation-ci, ce sera fait la prochaine fois.

Les questions que vous allez lui poser

Êtes-vous obstétricien ?

Les gynécologues ne sont pas forcément obstétriciens. Certains suivent la grossesse et confient à un confrère pour le dernier trimestre.

Dans quelle clinique officiez-vous ?

On a parfois des préférences. Certains proches vous ont conseillé ou déconseillé telle clinique. Pour la partie médicale, on surestime souvent l'importance de la structure "clinique ". En principe, l'équipe de sage femme conduit l'accouchement sous la direction de votre médecin. C'est pour la partie hôtelière que le choix de la clinique est significatif et ça n'est vraiment pas le plus important dans ces moments-là. Demandez si on vous laisse l'enfant dans la chambre ou si on le prend à la nurserie la nuit.

Faites vous tous vos accouchements ?

Il est peut être associé et lui et ses confrères se sont parfois fixé un tableau de garde.

Mon mari pourra-t-il assister à l'accouchement ?

En général, c'est oui. C'est souhaitable.

Et ma mère ? Et ma sœur ?

En général aussi, les médecins n'acceptent la présence que d'un proche. La présence d'un tiers n'est pas toujours facile à gérer et malheureusement pas non plus toujours bénéfique s'il est encore plus anxieux que la patiente...

Avez-vous prévu des vacances aux alentours de mon terme ?
Le plus souvent, il ne pourra pas vous répondre mais ce faisant, vous lui indiquez que vous aimeriez être avertie avant plutôt que de l'apprendre en arrivant à la clinique pour accoucher.

Avec toutes ces informations, vous êtes maintenant parée pour votre première consultation de grossesse !
Le 01/02/2007

Vos Commentaires

Femiweb
le 16 Mars 2016
Bonjour Laure, Tout d'abord, permettez-nous de vous féliciter pour cet heureux événement si vous êtes déjà enceinte ! :D Pour répondre à votre question, il est nécessaire de programmer votre première visite prénatale vers la fin du deuxième mois et impérativement avant la fin du premier trimestre de grossesse. Cette première consultation médicale a pour but de vous connaitre plus précisément, déterminer les éventuels facteurs de risque. Elle sera donc plus longue que les visites prénatales suivantes.
Laure
le 15 Mars 2016
quand est til necessaire de se faire consulter pendant la grossesse

En savoir plus

Suivez nous sur