FEMIWEB
Exemple : perdre du poids | soins du visage | tendance coiffure
Accueil / Sante / Grossesse / Suivi grossesse / Sérodiagnostic syphilis (BW)

Sérodiagnostic syphilis (BW)

Lors de la déclaration de grossesse, de nombreux examens sont prescrits par le médecin, dont le diagnostic de la syphilis.
Pour vous aider à comprendre ce test, Femiweb revient sur quelques points clés du dépistage.








Rappel sur la syphilis

La syphilis est une maladie grave qui se transmet essentiellement par voie sexuelle. Elle se déroule en trois phases quand elle n'est pas traitée précocement.

La première phase voit l'apparition d'une lésion sur les muqueuses sexuelles. Lors de la seconde phase, des lésions cutanées et ganglionnaires apparaissent. Enfin, des lésions diverses (cardiovasculaires, cérébrales, ..) prolifèrent durant la troisième phase.

C'est également une affection que la mère peut transmettre à son fœtus. L'enfant peut alors présenter des lésions diverses plus ou moins rapidement.

La syphilis avait pratiquement disparu des cabinets médicaux. Elle amorce un retour du fait des troubles de l'immunité rencontrés aujourd'hui chez les porteurs du virus du sida.

Le dépistage

Le dépistage que l'on pratique lors de la déclaration de la grossesse est bien codifié. Il comprend deux tests, le VDRL et le TPHA.

  • Le test VDRL utilise un antigène de type cardiolipine (lipide présent dans le corps) qui va s'agglutiner en présence d'anticorps.
  • Le test TPHA utilise des globules rouges qui ont été travaillés avec le germe de la syphilis. Mis en contact avec un sérum contenant des anticorps anti-syphilis, ils fusionnent et tombent au fond du tube

Le dépistage est dosé dans le sang, dont le médecin extrait le sérum, c'est à dire qu'il retire les globules rouges. On traite ce sérum pour retirer certaines substances qui peuvent gêner le dépistage, ce qui aboutit à une certaine dilution.

Il n'est pas utile d'être à jeun pour effectuer le dépistage.

Comment interpréter les résultats ?

Le test VDRL

Le résultat est exprimé en "négatif", "douteux" et positif via des sigles "+", "++" ou "+++".

Il est positif une quinzaine de jours après l'apparition de la première lésion. Cet examen n'est pas d'une grande spécificité et il existe de nombreux faux positifs. Ces faux positifs apparaissent lors de syndromes infectieux ou quand  le corps produit des anticorps anti-cardiolipine comme :
  • Le syndrome lupique
  • Le syndrome des anticorps anti phospholipides, responsable de fausses couches spontanées

Le test TPHA

Là aussi, le résultat est qualitatif et non quantitatif. Il est exprimé en  "négatif" et de "+" à "++++" pour les positifs. Les croix correspondent à des dilutions successives du sérum.

Ce test est plus spécifique que le VDRL. C'est pour cela qu'il faut associer les deux techniques pour plus de sécurité.
 
Vous voilà maintenant prête à interpréter les résultats de ces tests. Mais rassurez-vous, la syphilis est une maladie rare en France qui a touché à peine 0.0007% de la population en 2006.

 

Le 25/10/2003

Vos Commentaires

Maya
le 25 Septembre 2011
c est pour ne pas detruire les hemaci du reactif en plus meme osmolarite que le sang
Bernard
le 6 Juin 2011
c'est juste une question: pourquoi dans la méthode semi-quantitative du TPHA on utilise le Nacl 9g/L. Quel est son rôle?

En savoir plus

Suivez nous sur